Lalla ilhouma

 

Paroles de Sagesses (Hikam)

Savoir que c’est Toi qui m’éprouves, et m’imposes les arrêts du destin,
Adoucit les épreuves que j’endure.
L’homme ne trouve aucune échappatoire au décret divin !
Il ne lui laisse pas le choix de sa destinée.
Ibn’Ata’Allah al-Iskandari

Rétracte-toi, rattrape-toi et réforme ton intention pour qu’elle Lui soit exclusivement vouée. Efforce-toi de ne pas avaler une seule bouchée, de ne pas faire un seul pas et de n’accomplir aucune chose en général sans ce soit à partir d’une bonne intention. Tu deviendras apte à servir Dieu si tu arrives à cela.
Abd-el-Qader al-Jilani

Ibn ‘Ata Allah a dit : « Ce n’est pas l’abondance de la science qui prouve la compréhension du serviteur, non plus que la récitation permanente de son wird ; ce qui indique sa lumière et sa compréhension, c’est qu’il attende tout de Son Seigneur, qu’il se consacre à Lui dans l’intimité du coeur, qu’il soit libéré de la servitude de la concupiscence et orné par le joyau du scrupule. »

-Prier et jeûner sont des actes admirables. Mais nettoyer et purifier son coeur pour en bannir l’arrogance, la jalousie et l’avidité sont des actions beaucoup plus admirables encore.
Kharaqani

~Occupez-vous donc (que Dieu vous soit miséricordieux) de ce qui tue votre égo et vivifie votre coeur. La racine de toutes les vertus en tant que vertu c’est que le coeur soit vide de tout amour du monde, de même que la racine de tout vices en tant que vice est l’amour du monde remplissant le coeur.
Al-’Arabi Ad-Darqawi

Ô frère, ton être est à l’image de ta pensée,

Pour le reste tu n’es que des os et des nerfs.

Si ta pensée est une fleur, tu es comme un parterre fleuri

Mais si elle faite d’épines, tu n’es que ronces à brûler.
Djalal-ud-Din Rumî

~Si le fait que les gens se détournent ou disent du mal de toi te fait souffrir, reviens vers la connaissance de Dieu en toi; si cette connaissance ne te suffit pas, alors le manque de contentement par la connaissance de Dieu est une épreuve bien plus grave que ne l’est la médisance d’autrui. Le but de cette médisance est que tu ne te reposes pas sur les créatures; Dieu veut te ramener de toute chose afin qu’aucune chose ne te distraie de Lui.
♥ Ibn Ata-Allah Al-Iskandari ♥

Paroles de Sagesses (Hikam) dans Islam téléchargement-1-300x251

 

 

 

 

 

Dans : Islam
Par lallailhouma
Le 12 septembre 2012
A 15 h 53 min
Commentaires : 0
 
 

Suivre un madhab (école juridique)

 

salam alaykoum - السلام عليكم‎

Je pouvais pas faire un blog sans parlé de ma Religion qui est l’Islam, je Musulmane depuis 7 ans al hamdouliLah par choix et convictions, je suis plus précisément le madhab Malikite fondé par l’Imâm Malik Ibn Anas le Savant de Médine Rahimoullah.

Je vous partage un article sur le fait pour un Musulman comme nous du commun de devoir suivre une des 4 écoles pour ne pas suivre nos passions et être dans l’égarement religieux…

 

Voici un extrait de la Fatwa du Sheikh mauritanien Murabtal Hadj sur le fait de suivre un des quatre Madhhabs (doctrine, école) autorisés (traduit par Hamza Yusuf Hanson) : 

 

Je réponds que le suivi d’une doctrine reconnue (taqlid) est obligatoire pour quiconque n’est pas un mujtahid absolu. Je vais mentionner, si Allah le permet, toutes les conditions préalables à un tel rang. [Sidi Abdullah Ould Hajj Ibrahim] a dit dans son Maraqi as-Sa’ud : « [Le taqlid] est nécessaire pour tout autre que celui qui a atteint le rang de l’ijtihad absolu. Et ce, même s’il est un [mujtahid] limité qui est incapable [d'accomplir un ijtihâd absolu].» Commentant ce passage, [Sidi ‘Abdullah] dit dans Nasru al-bunud : « Cela signifie que le taqlid est une obligation pour quiconque n’est pas un mujtahid absolu même s’il a atteint le rang partiel de l’ijtihâdmuqayyad (conditionné)… [Jusqu'à ce qu'il dise], « et demandez aux gens du rappel, si vous ne savez pas. » : Coran 16/43 » Il a également dit : « [Quant à] la nécessité de s’attacher à un madhhab spécifique, les [savants] ont mentionné que cela est obligatoire pour quiconque présente un manque [dans les conditions de l'ijtihâd]. » Il dit dans le Nashru al-bunud : « Cela signifie qu’il incombe à quiconque n’a pas atteint le degré de l’ijtihâd absolu de suivre un madhhab spécifique. » Sidi Abdullah dit encore dans Maraqi as-Sa’ud: « Le consensus aujourd’hui s’est établi sur les quatre, et tous ont interdit d’en suivre un quelconque autre». Il dit dans Nashru al-bunnud : « Ceci signifie que le consensus des savants d’aujourd’hui est de dire qu’il y’a quatre écoles de pensées, et je réfère aux écoles de Mâlik, Abû Hanîfa, Shâfi‘î et Ahmad [ibn Hanbal]. En vérité, la totalité des savants ont interdit de suivre toute autre école d’un mujtahid absolu indépendant depuis le huitième siècle quand l’école de Dâwûd az-Zâhirî est morte, et ce jusqu’au 12 ème et les siècles suivants … »

 

Dans le chapitre concernant le raisonnement par déduction dans le Maraqi as-sa’ud, [Sidi ‘Abdullah] dit : « Et quant à celui qui n’est pas un mujtahid, baser ses actions directement sur une preuve scripturaire première [Coran et hadîth] n’est pas admissible. » 

 

Il dit dans Nashru al-bunnud : « Cela signifie qu’il est interdit à quiconque n’est pas un mujtahid de baser ses actions directement sur un texte du Livre ou de la Sunna même si la transmission est authentique, à cause de la forte probabilité qu’il y ait d’autres considérations comme l’abrogation, la limitation, la spécificité à certaines situations, et d’autres facteurs de ce type que nul autre qu’un mujtahid ne peut complètement appréhender avec précision. Donc rien ne peut le protéger d’Allah Exalté à part suivre un mujtahid. L’Imam al-Qarafi [Ahmad Ibn Idris Shihâbu ed-dîn as-Sanhaji al-Qarâfi al-Mâlikî est né en Egypte au septième siècle, et y est mort en 684. Il est l'un des plus grands savants Malékites qui n'aient jamais vécu et est tout spécialement connu pour son travail sur la méthodologie et la loi (usûl al-fiqh). Il était un maître en langue Arabe et a produit des travaux remarquables en grammaire. Son livre adh-Dhakhîra est un ouvrage magistral de 14 volumes publiés récemment aux Emirats qui examine le fiqh Malékite avec des preuves des sources de l'usûl (les piliers de la religion). Il est enterré à Qarâfi en Egypte près de l'Imâm ash-Shafi‘î. Qu'Allah leur fasse miséricorde à tout les deux.] a dit : ‘Et prenez garde à ne pas agir comme certains étudiants le font quand ils raisonnent directement a partir d’un hadîth, alors qu’ils ne savent même pas son authenticité, et laissant de coté ce qui a été mentionné [par les Imams] concernant les subtilités qu’ils impliquent ; en faisant cela, ils se sont égarés et ont égarés d’autres avec eux. Et quiconque interprète un verset ou un hadith d’une manière qui en change le sens originel, sans preuve [dalîl] est un kâfir (mécréant).’ » Voir « Nashur al bunud ‘ala maraqi as-sa’ud, kitab al ijtihad fi al-furu’u » (1409 de l’hègire. Beyrut: Maktabat al-Kutub. p.309)

 

Quant aux conditions de l’ijtihâd absolu et indépendant, elles sont mentionnées dans le Maraqi as sa’ud : « Le mujtahid doit être d’une extrême intelligence par nature, et il y’a désaccord au sujet de celui qui est connu pour rejeter le raisonnement par analogie [qiyâs] » « Il doit connaître les responsabilités [juridiques] à travers des preuves intellectuelles sauf si une preuve clairement transmise indique le contraire (car toute chose est considérée comme licite tant qu’il n’existe pas de texte clair de la tradition qui prouve le contraire : là il faut utiliser les outils du droit musulman (qiyâs ou istihsân) par le mujtahid pour trancher) ». « [Les sciences de la] grammaire, de la prosodie, de la philologie, combinées à celles de l’usul et de la rhétorique doivent être en sa maîtrise. » « Selon les gens de la précision, [il doit savoir] où peuvent être trouvés les jugements sans la condition d’avoir mémorisés les textes eux-mêmes. » « [Tout cela doit être appris] avec une maîtrise d’au moins un niveau moyen. Il doit également connaître les sujets sur lesquels il y’a consensus. » « [De plus il doit connaître] des sujets plus pointus telles que la condition des hadîths uniques, et ce qui fait l’autorité d’un grand nombre de transmissions ; [la connaissance] de ce qui est authentique et de ce qui est faible est aussi requise. » « La connaissance de ce qui a été abrogé et de ce qui abroge, de même que les contextes dans lesquels tel verset a été révélé ou tel hadîth transmis est également une condition qui doit être remplie. » « Le statut des narrateurs ou des compagnons [doit aussi être connu]. Alors, tu peux suivre quiconque remplit les conditions mentionnées selon l’opinion la plus authentique. »

Dans : Islam
Par lallailhouma
Le
A 2 h 03 min
Commentaires : 0
 
 
 

Millenium Development Goal |
gucci158 |
Blog du niveau intermédiaire |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus